Film : « Three Bilboards – Les panneaux de la vengeance »

Ce film, sorti en janvier 2018 en France, a été réalisé par Martin McDonagh. On lui doit notamment un film de 2008 que j’ai beaucoup aimé, « Bons baisers de Bruges » avec Colin Farrell.

Affiche film 1
« Three Billboards » est interprété par de fameux acteurs comme Frances McDormand, et Woody Harrelson.

Le point de départ est un très bon scénario : une mère, Mildred Hayes, cherche par tous les moyens (vraiment tous !) à obtenir que la police résolve le viol et le meurtre abominable de sa fille.
Elle a ainsi l’idée de louer trois immenses panneaux pour crier son compréhension et l’incompétence de la police, en pointant la responsabilité de son chef, William Willoughby. Aucune empathie chez cette femme, même lorsqu’elle apprend que le shérif est gravement malade, et ce sera ainsi pendant tout le film.

Mention spéciale à Woody Harrelson, acteur que j’adore et que je suis depuis longtemps. Il interprète ici un chef de la police tout en retenue, loin de ses rôles habituels.

Le film est violent car le propos est bien de dénoncer la violence que peut engendrer la haine. Cette mère ne regarde plus son autre enfant, son fils. Enferrée dans sa quête, elle se fiche complètement des conséquences de ses actes sur sa vie à lui au lycée.

J’ai été déçue car j’ai eu du mal à m’attacher au personnage principal, Mildried, interprétée par Frances Mac Dorman. Elle apparaît en colère, le visage fermé du début à la fin. On comprend bien que cette mère est ravagée par le meurtre de sa fille dans des conditions atroces mais on a du mal à être, nous-mêmes, spectateurs, en empathie avec elle car sa part d’humanité ne nous apparaît pas.
Et c’est là où pêche le film. La spectatrice que j’ai été est restée de marbre face à la souffrance de l’héroïne. Je n’ai ressenti aucune émotion alors que, selon moi, un bon film doit nous bouleversait, nous questionnait…susciter un maximum de réactions.

Bref, je n'ai absolument pas été emportée par le film, même si je dois reconnaître que Frances Mac Dorman mérite toutes ses récompenses pour son interprétation "rude" et "abrupte". Elle est tout à fait crédible et investie. 
 
Pour aller plus loin
Ce film a obtenu 6 Golden Globes et a été primé 2 fois aux Oscars. Frances Mac Dorman, la femme du célèbre réalisateur Joël Cohen, a ainsi obtenu en mars dernier l’Oscar de la meilleure actrice. Elle a d’ailleurs fait, à cette occasion, un discours féministe très remarqué, dans le contexte de la vague « me too ».
On a pu voir cette actrice dans de nombreux films des frères Coen, « Fargo » ou Burn after Reading » notamment.