L’expo Klimt à l’Atelier des Lumières : un enchantement !

Accueil KLIMT

A l’approche des vacances de la Toussaint, je vous conseille vivement d’aller voir une expo dédiée à Gustav Klimt dans un nouveau lieu parisien. Cette expo initialement prévue du 13 avril au 11 novembre a été prolongée jusqu’au 6 janvier 2019 en raison de son succès. Et ce succès est bien mérité car l’expérience est tout à fait inédite !

KLIMT 1    

Gustave Klimt, le peintre de la magnificience

Ce grand peintre autrichien, né en 1862 à Vienne, est mis à l’honneur à l’occasion du centenaire de sa mort (survenue le 6 février 1918). Gustav Klimt est un des grands peintres décoratifs des somptueux monuments de la Ringstrasse, splendide boulevard de Vienne. A la fin du XIXème siècle il s’est imposé à la tête de la Sécession viennoise, un courant artistique visant à régénérer l’art en profondeur. Il a ainsi ouvert la voie à la peinture moderne.  Parmi ses œuvres importantes on trouve « La Dame à l’éventail », à travers laquelle on perçoit bien l’influence des estampes japonaises sur le travail du peintre. Les femmes représentées portent souvent de magnifiques ornements : « La Dame en or » en est le parfait exemple, avec le style doré si reconnaissable, et inspiré des mosaïques byzantines

Klimt 2  Klimt 3   

Après deux voyages en Italie, en 1903, et après avoir admiré les belles mosaïques de Vienne et Ravenne, le peintre utilisera des grandes quantités d’or (penture dorée mais aussi véritable or !). Le métal précieux représente l’au-delà et dans le tableau ci-dessous, « le Baiser », l’amour transporte les amants au paradis.

.Klmit 4   

Dans le très bon film « La femme au tableau », Klimt est mis à l’honneur. Ce film retrace le combat de Maria Altmann pour récupérer des tableaux peints par Klimt et confisqués à sa famille par les nazis. L’un d’entre eux, « La Dame en or, »  (qu’on retrouve bien-sûr lors de l’exposition) était le portrait de sa tante, Adèle Bloch-Bauer. J’ai eu la chance de voir au Metropolitan Museum of Art de New York des tableaux de ce grand peintre (notamment les portraits de Friederike Maria Beer et de Mäda Primavesi). La majorité de  l’œuvre de Klimt se trouve à Vienne, dans sa ville natale.

Une expérience artistique exceptionnelle

Situé entre Bastille et Nation dans le XIe arrondissement de Paris, l’Atelier des Lumières est une ancienne fonderie de fer  du XIXe siècle. Il a ouvert très récemment (en avril dernier).Le lieu dispose de magnifiques volumes, son caractère industriel, souligné par la structure métallique originelle, lui confère beaucoup de cachet . Des éléments monumentaux (cheminée, tour de séchage, bassin, réservoir d’eau,...) ont été conservés et aménagés pour développer les interactions avec le public.

Klimt 6  Klmit 14

Au final, c’est un très bel espace de 2.000 m2 à travers lequel les visiteurs évoluent. Les murs peuvent s’élever jusqu’à 10 mètres de hauteur. Le visiteur peut vivre une expérience immersive art et musique, grâce à la "dématérialisation" des œuvres diffusées sur 140 vidéoprojecteurs. Il est ébloui par plus de 3.000 images en mouvement et peut même examiner certains détails agrandis des tableaux projetés sur les murs et le sol. Une sonorisation spatialisée (50 enceintes) a été mise en place. Des valses et opéras, au temps de la Vienne de la fin du XIXème siècle, sont ainsi diffusés durant un spectacle unique de son et lumières, qui dure environ 35 minutes. C’est court mais on peut rester plus longtemps pour assister plusieurs fois au « spectacle » et le savourer pleinement ».

La gestion de l’exposition a été confiée à Culturespaces. Cette société a eu recours à un procédé très innovant, AMIEX® (Art & Music Immersive Experience), également utilisé dans les Carrières de Lumières à Baux-en-Provence (https://www.carrieres-lumieres.com/)

Une exposition en six étapes

D’abord les joyaux architecturaux de la ville de Klimt, dont le Kunsthistoriches Museum et le Théâtre National de Vienne sont mis à l’honneur ainsi que les travaux de Klimt sur ces magnifiques projets (Plafond, colonnes, fresques).

Ensuite la Sécession viennoise est évoquée à travers les façades des immeubles et leurs motifs végétaux stylisés. Des affiches historiques reviennent également sur l'avènement de ce courant artistique.

Klimt 9  Klimt 18
Puis, on passe à la séquence Klimt et l'Or, avec le Baiser, Danaë, et le Portrait d'Adèle Bloch-Bauer. En fond sonore est notamment diffusée  la Symphonie n°9 de Ludwig van Beethoven.

Les tableaux de la  séquence suivante nous entrainent dans la Nature, en automne avec les forêts et au printemps à travers les prairies en fleurs, au rythme de Gustav Mahler.

Retour à la ville ensuite avec des oeuvres d’Egon Schiele, influencés par le travail de Klimt. A noter qu'une expo sur ce peintre se tient à la Fondation Louis Vuitton jusqu'en janvier 2019 (https://www.fondationlouisvuitton.fr/fr/expositions/exposition/egon-schiele.html)

KLmit 12

Puis, pour conclure, un focus est fait sur Klimt et les femmes, avec ses plus beaux portraits féminins. Le peintre était fasciné par les corps changeant avec l'âge.

Au final le visiteur a la chance de vivre une expérience réellement féérique. Pouvoir visionner ces œuvres sous un format immense, tout en écoutant de l’Opéra ou les fameuses valses de Vienne est vraiment une expérience unique !

Néanmoins si le lieu (ancienne fonderie) et son aspect industriel se prête bien aux grands espaces (représentation des sals de bals, …), j’ai trouvé qu’il était difficile de ressentir des émotions dans ce contexte car les peintures défilent assez vite. On ne peut se poser devant une œuvre pendant un moment et admirer tous les petits détails qui font sa particularité. Donc je n’ai pas été vraiment touchée ce qui est bien dommage car l’art doit susciter une émotion non ? Cela n’avait pas été le cas aux Baux de Provence, que j’ai eu la chance également de visiter il y a quelques années et où la même technique s’expose. J’ai trouvé que le décor naturel des carrières offre un parfait écrin aux œuvres.

En revanche je recommande vivement cette expérience car elle complète parfaitement un visionnage plus classique des œuvres. Elle devrait plaire aux jeunes car le procédé est réellement innovant. C’est donc un moyen de les sensibiliser et les initier à l’art, eux qui sont férus de nouvelles technologies !

Klimt 9 Klimt 10