Le coaching : un bon moyen pour les jeunes d'identifier leur projet professionnel

Acceuil Orientation Pro

L'orientation est un vrai casse-tête pour les jeunes et leurs parents. Soit l'étudiant choisit une formation dont le parcours est bien balisé (comme médecin ou avocat par exemple) et tout roule. Soit son choix n’est pas déterminé et/ou le parcours plus complexe, et alors de vraies questions se posent.  J'ai rencontré Elisabeth Ferret Bennici, coach qui accompagne notamment les jeunes (15-25 ans). Elle nous explique sa mission et le fonctionnement d'un coaching pour éviter les écueils et idée reçues.

L’Office national d'information sur les enseignements et les professions (Onisep), sous tutelle du ministère de l'Education Nationale, fournit toutes les informations utiles à l’orientation sur son site internet http://www.onisep.fr/ . Néanmoins la difficulté sera de faire le tri car il est parfois difficile de se retrouver dans un maquis de formations et de faire un choix entre école, université…

Coaching 1

En prenant les exemples des études d’ingénieur ou de commerce, plusieurs voies sont possibles : le DUT, le BTS, la classe préparatoire, l’école post-bac en France, voire une université étrangère.  

Un coach pour y voir plus clair

Avant de faire son choix le jeune doit bien identifier sa personnalité et ses envies pour déterminer les études qui lui correspondent vraiment. L’une des questions essentielles à se poser est de savoir s’il est  prêt à consacrer plusieurs années à ses études. Les études longues ne sont, en effet, pas adaptées à tous. Il est souvent compliqué de savoir dès l’adolescence ce qui nous motive et de déterminer un projet d’avenir. Etre accompagné permet alors de gagner du temps. Le coaching auprès des jeunes présente d’autres avantages, comme nous le verrons plus loin.

Réfléchir à son projet professionnel dès l’entrée au lycée

Un coaching prend du temps (3 à 5 séances en moyenne pour environ 8 heures) et il nécessite du recul pour mener une réflexion optimale. Il est donc plus efficace de ne pas être dans l’urgence. Réfléchir à son orientation dès la classe seconde est l’idéal car le jeune dispose de temps. En première il aura à passer les épreuves de français et en  terminale le bac bien sûr !

De plus cela correspond bien au timing instauré par l’Education Nationale car  la question de l’orientation se pose, le plus souvent, en seconde, même si une orientation professionnelle est possible au Collège. A la fin de la classe de seconde, l’élève devra choisir sa filière pour le passage en première (générale ou technologique).  S’il envisage une première générale il devra sélectionner ses disciplines de spécialités et s’il envisage une première technologique il devra choisir sa série (http://a-futee.com/education ).

En classe de Terminale les choix se précisent car il est demandé au lycéen d’exprimer des vœux sur la plateforme Parcoursup dès le mois de janvier.

Coaching 2

Ni psy ni conseiller d’orientation

Dans le cadre de la modernisation des métiers de l'Éducation nationale, les « CO-psy » (CO pour conseillers d'orientation), sont  nommés psychologues de l’éducation nationale (« psy-EN ») depuis la rentrée 2017. Ils informent le jeune en lui présentant les différentes filières possibles. Néanmoins le jeune doit au préalable déterminer ce qui le motive vraiment, ce qui lui donne envie. Ses choix seront donc fonction de ses goûts et du cadre qui lui correspond le mieux. Les élèves qui ont besoin d’un cadre scolaire structuré, de professeurs présents tout au long de leur cursus ont ainsi intérêt à envisager une classe préparatoire, une prépa intégrée, un BTS, ou un IUT plutôt que l’université.

Or le jeune a parfois bien du mal à cerner ses envies. Et c’est là que le coach intervient. Il lui permettra de mieux cerner sa personnalité, ses centres d’intérêt pour établir son projet professionnel. Sa mission et celle du conseiller d’orientation se complètent donc bien. Quant au psy, il est un thérapeute qui intervient lorsque le jeune rencontre des difficultés, scolaires par exemple. Dans le cadre de l’Education Nationale il interviendra auprès de plusieurs élèves.

 

Coaching 3

Quelques idées à avoir à l'esprit pour un coaching efficace

Le choix du coach est essentiel pour deux raisons. D’abord il est important que le jeune se sente en confiance pour qu’il puisse exprimer pleinement ce qui le motive.

Par ailleurs sélectionner un coach qui dispose d’une certification est également important car c’est un gage de professionnalisme.  Supervisé, il pourra échanger sur des situations compliquées et ainsi mieux les gérer. Il bénéficiera également d’un partage de bonnes pratiques et pourra aborder des points d’éthique. Tout ceci au bénéfice du jeune coaché, bien évidemment !

Enfin, les parents ont parfois à lever certains préjugés qu’ils peuvent avoir concernant les filières technologiques. Si un jeune a besoin de pratique, d’opérationnel, il pourra exceller dans la filière STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion) par exemple alors qu’il sera malheureux dans une filière généraliste. Il pourra par la suite faire un BTS ou même intégrer une école de commerce. Il existe un ensemble de passerelles entre les formations et les opportunités sont nombreuses.

Entretien avec Elisabeth Ferret Bennici, coach.

Elisabeth FB

Elisabeth accompagne les jeunes générations (15/25 ans), les adultes et les équipes en parcours individuels et ateliers collectifs. Elle connait très bien le monde de l’entreprise car elle a travaillé pendant plus de vingt ans pour des sociétés informatiques où elle a occupé des fonctions commerciales auprès du Secteur Public. En 2015, elle s’est formée au coaching professionnel  (individuel et collectif) chez International Mozaik, l'Ecole du Devenir et a fondé sa société Imavanti. Elle est également formée au coaching de Juniors par International Mozaik, certifiée Strong par OPP et membre d’ ICF (International Coach Federation). Enfin, elle intervient à l’Institut Aristote, qui a pour vocation d’accompagner les personnes et les équipes dans la réalisation de leur potentiel en s’appuyant sur leurs forces (http://www.institut-aristote.com/)

Quelles sont vos missions auprès des jeunes ?

L’objectif est de permettre au jeune de devenir acteur de son parcours et d’identifier un (des) projets (s) professionnel (s) qui l’inspire(nt) et pour lequel/lesquels il va se mettre en mouvement. Je l’accompagne également pour préparer ses entretiens, ses oraux d’admission en Ecoles et Etablissements post-bac, ce qui lui donnera aussi de la matière pour rédiger ses lettres de motivation. Avec le nouveau bac, la capacité à s’exprimer à l’oral sera valorisée à travers le grand Oral. Et cette compétence se travaille et se prépare. J’aide également les Jeunes à rebondir, reconstruire un nouveau parcours suite à un choix qui finalement ne leur convient pas (ou qu’ils n’avaient pas vraiment choisi) et à considérer cette expérience non pas comme un échec mais comme un apprentissage dont il va se servir pour la suite.

Comment se déroule concrètement un coaching avec un jeune ?

En parcours individuel, je vais échanger avec le jeune et ses parents lors d’un premier entretien. Ensuite le travail se fait uniquement avec le Jeune pendant la durée du coaching ( plusieurs séances calées en fonction de l’emploi du temps du jeune et du calendrier à tenir) . En fin de coaching, une réunion de debriefing pemettra au Jeune de restituer son parcours et ses apprentissages à ses parents et à ces derniers de poser des questions, afin d’installer une dynamique post-coaching partagé. Mon rôle, au travers de ma posture et des outils du Coaching est d’accompagner le Jeune à exprimer ses envies et motivations pour ensuite qu’il explore  les différents chemins permettant de parvenir à son but et choisir le ou les plus « justes » et inspirants pour lui.

Parfois, j’ai recours à des tests psychométriques qui permettent d’identifier le profil RIASEC du Jeune, modèle mis au point par John Holland, qui permet d’identifier six types de profils : réaliste, investigateur, artistique, social, entreprenant, conventionnel. Il détermine les moteurs, c’est-à-dire les intérêts professionnels, ce dont le Jeune a besoin pour être « motivé » car on le sait, si je suis dans un domaine, une matière, un métier qui me motive, alors j’apprends plus facilement et avec plaisir.

C’est bien sûr l’exploration avec le Coaché de la matière apportée par les questionnaires et les outils qui, par le questionnement, les feed-backs, permettra au Jeune de mieux comprendre ce qu’il « garde pour son projet » et aussi ce qu’il ne garde pas (savoir ce qu’on ne veut pas est aussi une grande avancée).

Quels sont les résultats à attendre d’un coaching ?

Il permet au Jeune de ne pas subir et d’être acteur de son avenir. C’est un temps qu’il s’accorde maintenant pour construire son parcours et faire des choix motivants pour son futur. Lorsque le jeune a trouvé une voie qui le motive et des projets qui l’inspirent, les études gagnent en sens : il va s’impliquer davantage et avoir une meilleure confiance en lui. 

Un coaching, en parcours individuel ou atelier collectif,  permet également de faire prendre conscience au Jeune de la multiplicité des possibles qui s’offrent à lui soit dans un secteur particulier qu’il affectionne (par exemple dans le domaine du Sport on cherchera à comprendre si c’est le sport dans sa pratique qui le motive et quel (s) sport (s) ?  et/ou ou davantage la compétition, le challenge ? et/ou la préparation mentale et ou physique qu’il a mise en place pour gagner ? et/ ou l’esprit d’équipe qui l’anime , en contributeur ou en leader ? autant d’indices auxquels on sera attentif pour valider la cohérence du projet retenu.

Et puis, les nouveaux possibles offerts par de nouveaux secteurs comme l’ESS (Economie Sociale et Solidaire), le Digital  et / ou de nouvelles manières d’exercer des métiers dits « traditionnels » sont autant d’opportunités à explorer par le Jeune pour y construire son Projet et se mettre en mouvement.