Pour des raisons de santé j’ai été amenée à m’intéresser de près à cet indicateur, qui est aujourd’hui l’objet de toutes les attentions. Il suffit de voir dans les rayons des libraires le nombre de livres qui lui est consacré !

Cela m’a amené à faire évoluer mon alimentation pour mon plus grand bien. En effet, comme je vais vous l’expliquer j’ai commencé à percevoir rapidement des effets bénéfiques.

 

Qu’est-ce que l’index glycémique (IG) ?

Cet index contrôle les apports glycémiques des glucides contenus dans les aliments : céréales, fruits, certains légumes, aliments sucrés,…

Il s’étend de 0 à 100 : entre 0 et 30 l’IG est dit faible, entre 30 et 50 modéré, entre 50 et 70élevé et très élevé au-dessus de 70. 

fruits et légumes

Remarques : Attention, il ne faut pas confondre calories et IG. Certains aliments qui ne contiennent pas de glucide (par exemple les œufs) ont un IG nul. Mais attention, ce n’est pas pour cette raison qu’ils ne comportent pas de calories !

Stupéfiant : des aliments comme les pommes de terre au four ont un IG extrêmement élevé de 95 !

 Plus l’IG est important plus le glucose passera rapidement dans le sang et provoquera une hausse très rapide de la glycémie : c’est le cas du sucre blanc. Si l’IG est très élevé, l’organe qui régule la glycémie, le pancréas doit produire beaucoup d’insuline ce qui provoque les réactions métaboliques les plus brutales. Cela n’est pas le cas pour des céréales complètes par exemple, constituées de longues chaines moléculaires de glucose. Le glucose libéré passe graduellement dans le sang et génère une hausse modérée et graduelle de la glycémie.

Un même aliment peut avoir plusieurs index glycémiques. C’est le cas du riz : pour le riz complet il s’établit à 50 alors qu’il atteint 70 pour du riz blanc et même 90 pour du riz gluant.

céréales

 

 Les dysfonctionnements de la thyroïde impactent le taux de sucre dans le sang, c’est pourquoi une alimentation adaptée permet de limiter les conséquences de ces dysfonctionnements.

 En quoi consiste le régime IG ?

D’abord vulgarisé dans les années XX par la Méthode montignac, l’Index Glycémique est à nouveau mis à l’honneur aujourd’hui, notamment pour permettre d’amoindrir les conséquences des dysfonctionnements thyroïdiens (200 millions de personnes en souffriraient dans le monde !).

La Méthode Montignac a mis en évidence que l'IG indique le potentiel d'un glucide à induire une sécrétion d'insuline en rapport. Or plus la réponse insulinique est élevée et plus le risque de prise de poids est important, entraînant également un risque de constitution du diabète.

 Le régime IG consiste à combiner des aliments à IG supérieur à 50 à des aliments à IG faibles. Par exemple un repas à faible IG (blanc de poulet, haricots verts et crudités) peut finir par une banane (IG compris entre 50 et 60).

Les aliments comme le poulet ou le saumon présentent l’avantage important d’avoir un IG nul tout en apportant de bonnes protéines et du sélénium (pour le poulet) ou de l’iode (pour le saumon), éléments indispensables au bon fonctionnement de la thyroïde.

Le régime consiste également à supprimer ou limiter les aliments à IG élevés, pour les remplacer par d’autres à IG plus faible lorsque c’est possible. Vous pouvez ainsi remplacer le sucre de votre café (IG de 100 !) par un peu de sirop d’agave (IG de 25) qu’on trouve très facilement en supermarché.

 Quels sont les avantages ?

D’abord ce régime est très simple à appliquer : remplacer riz et pates par du riz et des pates complètes est facile car tous les supermarchés proposent désormais ce type d’articles.

Deuxièmement ce régime permet d’atteindre plus facilement la satiété à la fin d’un repas. On se sent donc mieux et l’envie de grignoter en fin d’après-midi ou de journée s’estompe.

Si on a un petit creux il est facile de se dire qu’on peut prendre quelques amandes (IG 15) ou noisettes (IG 25) pour apaiser sa faim.

 AmandesEnfin on se sent moins fatigué. Quelques jours après ce régime je n’avais plus le « coup de pompe » de fin de matinée où j’avais régulièrement envie de grignoter.

 

Pour conclure, si j’ai découvert le régime IG en cherchant à limiter les effets du dysfonctionnement d’un de mes organes, je suis désormais convaincue que le choix des aliments a un impact direct sur notre santé. Reste à convaincre mes deux ados, plus tentés par une bonne tartine de Nutella que par des amandes. Mais je ne désespère pas car ils n’ont même pas remarqué que je leur avais préparé des pates complètes lors de notre dernier dîner !

 Pour aller plus loin

Le site http://www.montignac.com/fr/index-glycemique/.   Il est très utile car il permet d’obtenir, en tapant le nom d'un aliment, l'IG pour chacune de ses différentes formes ou variétés : pour la pomme de terre par exemple, selon qu’elle est bouillie (IG de 70), frite (95) cuite au four (95)…

 Le livre "Protéger et soigner sa thyroïde" du docteur Pierre Nys (Endocrinologue-Nutritionniste) – Editions Leducs- Outre les informations qu’il procure sur l’Index Glycémique, ce livre donne des recettes faciles et savoureuses.